La Sauvegarde de l’Art Français est fière de présenter son rapport d’activité qui rend compte des actions menées par la fondation en 2018.

le mot du président


QUI SAURAIT ÊTRE INDIFFÉRENT À LA BEAUTÉ ?

Tous nous sommes sensibles aux beautés qui nous environnent, que ce soient celles de la nature ou celles des arts. Elles contribuent à la qualité de notre vie, s’offrant à nous tous avec la même générosité, sans considération d’âge, de savoir ou de fortune. Aussi faut-il s’efforcer de leur donner toujours plus de place dans nos vies.
C’est ce à quoi s’emploie, depuis bientôt un siècle, la Sauvegarde de l’Art Français.
Le présent rapport a pour but d’en rendre compte ; tout particulièrement depuis que, d’association, la Sauvegarde de l’Art Français est devenue Fondation, à la fin de l’année 2017.
Il s’agit d’abord de rendre compte de l’action de la Fondation en faveur de notre patrimoine immobilier, principalement celui des églises et des chapelles rurales, qui sont en besoin urgent d’être restaurées.
Il s’agit ensuite, pour les mêmes raisons, de l’action de la Sauvegarde en faveur de notre patrimoine mobilier, propriété de nos villes et de nos villages, d’une valeur souvent insoupçonnée et de ce fait, menacé.
Il s’agit enfin de faire toujours mieux connaître et aimer, particulièrement par les plus jeunes, nos exceptionnelles richesses culturelles ; ceci en favorisant des publications, en organisant des conférences et des visites, et surtout en mobilisant compétences et bonnes volontés aux côtés de la Fondation.
La Sauvegarde de l’Art Français a conscience que rien d’important et de durable ne saurait être accompli sans l’adhésion du plus grand nombre. Elle s’emploie donc à la recueillir en se concertant, dans toute la mesure du possible, avec les pouvoirs publics, les collectivités locales et les associations amies.
La capacité d’action de la Fondation reposant sur ses ressources humaines et ses ressources financières, son avenir dépend avant tout de ses Amis et de ses mécènes.
Que tous soient également remerciés pour leur engagement et pour leur générosité. Puissent-ils devenir de plus en plus nombreux.

« Il n’est d’ouvrage de nos mains que  
la vétusté n’use, que la violence ne renverse, 
ou que le feu ne consume. »

Saint Ambroise de Milan