• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Financement
530 € / 5 000 €

Statut
Souscription en cours

Je fais un don

Toile du Rosaire

Clara Marmier, Jeanne Roussel, Claire Duprez, Chloé Avaca et Nina Delage, étudiantes à l’I.A.E de Nice, se lancent dans le sauvetage d’une huile sur toile conservée à Bairols (06).

La dévotion du Rosaire, un culte de l’ordre des dominicains

La dévotion du Rosaire ou du chapelet est le prolongement évolutif du thème de la Vierge de Miséricorde. A l’occasion de tournées de prédication, ils suscitaient la création de Confréries du Saint-Rosaire. Celles-ci étaient établies dans les paroissiales, mais plus souvent elles étaient accueillies au sein des confréries de pénitents qui en assuraient le relais. En 1475 Jacques Sprenger, prieur du couvent de Cologne, institua la première Confrérie du Saint-Rosaire qui fut approuvée en 1478 par le pape Sixte IV. Grâce à la propagande dominicaine qui patronna toutes ces confréries, cette nouvelle dévotion se répandit très rapidement dans toute l’Europe catholique, puis en Amérique hispanique et en Asie.

Les mystères du Rosaire à Bairols

A Bairols en Provence-Alpes-Côte d’Azur, on trouve cette œuvre dans la chapelle Sainte-Marguerite. Au centre la Vierge et l’Enfant sont portés sur des nuées peuplées d’angelots et de putti. Au-dessous saint Dominique et sainte Catherine, suivis de religieux (pape et cardinal pour l’un, évêque et dominicaine pour l’autre) reçoivent les Rosaires. Entre eux un paysage comporte une église à clocher qui semble border un lac ; ce paysage de convention est sans réalité avec les environs de Bairols. C’est la dévotion centrale. Autour les Mystères sont disposés en U. Ils commencent avec l’Annonciation en haut à gauche pour se terminer par le Couronnement de la Vierge en haut à droite. Entre les deux un Père Eternel bénissant émerge de nuages. L’iconographie est conforme à la tradition. Le style est caractéristique du peintre, Giovanni Rocca. En particulier le Père Eternel sommital est commun aux autres nombreux Rosaire de sa production entre 1644 et 1650 : Marie-sur-Tinée, Clansen, Sigale, Saint-Sauveur etc…

UNE RESTAURATION nécéssaire

L’œuvre est en état de conservation très moyen, le support n’assure plus son rôle, les déformations engendrent des pertes de matières peintes. Elle présente des manques de matière notamment au bas du tableau : deux trous sont constatés. 

 

 

 

 

 

Le projet en images

Toile du Rosaire

Toile du Rosaire

Equipe IAE NICE

Toile du Rosaire

Toile du Rosaire