• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Somme affectée
10 000 €

Cette œuvre a été sélectionnée par les salariés de l’usine Michelin de Bordeaux – Bassens dans le cadre de la campagne le Plus Grand Musée de France. Elle va bénéficier d’un mécénat de 10 000 euros offert par la Fondation d’Entreprise Michelin pour sa restauration.

BASSENS

Situé à 4kms à l’est de l’usine, le domaine de Beauval est un site chargé d’histoire qui occupe une place centrale dans la vie culturelle de la ville de Bassens. Le domaine accueille de nombreux événements (concerts, journée du patrimoine, manifestations diverses) et plusieurs bâtiments ouvrent alors au public. Le parc et le patrimoine bâti peuvent être admirés tout au long de l’année en entrée libre.

Le domaine de beauval

Le château a été racheté en 1860 par Louis Hubert-Prom, un célèbre négociant armateur de la maison Maurel & Prom (société pétrolière encore prospère aujourd’hui), puis connaîtra quelques péripéties avant d’être définitivement vendu à la municipalité de Bassens en 1992. Il est un bel exemple de maison de campagne construite au XVIIIe siècle par des parlementaires et réaménagé au 19e siècle dans le même esprit par un riche négociant ; les dépendances témoignent aussi de l’évolution des techniques agricoles. Associé aux vestiges du château de Montferrand, il est un haut lieu de l’histoire bordelaise. Il possède deux œuvres qui concourent au prix de la Fondation d’Entreprise Michelin.

L’oeuvre

Parmi les nombreux bâtiments qui constituent le domaine de Beauval, l’on trouve un cuvier. Il s’agit d’un cellier où sont installés les pressoirs et les cuves de vinification. Entre les tonneaux, vous pourrez observer un objet atypique, un véhicule hippomobile. C’est une véritable « sortie de grange » comme diraient les collectionneurs retrouvant de vieilles voitures dormant au fond d’une grange ! L’engin a en effet été retrouvé dans un recoin de la métairie voisine de Fleur. Elle aurait servi à balader les châtelains du domaine. Cette charrette était alors un signe extérieur de richesse très couru parmi les armateurs, négociants et riches propriétaires girondins.

La restauration

Oubliée de tous pendant près d’un siècle, la charrette est en très mauvais état. Cachée dans le cellier, personne ne peut l’admirer aujourd’hui mais une fois restaurée, elle prendrait place sous l’escalier menant au pigeonnier ; elle serait alors protégée par une grille en fer et visible de tous, toute l’année !

Le projet en images

(c) mairie de Bassens

(c) mairie de Bassens

(c) mairie de Bassens