• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Chaque semaine, la Sauvegarde de l’Art Français sélectionne pour vous 5 informations phares de la semaine. L’occasion de revenir sur l’actualité du patrimoine à ne pas manquer !

La restauration du retable d’Issenheim célébrée en musique

Chef d’œuvre réalisé par Grünewald au XVIe siècle et propriété du musée Unterlinden à Colmar, le Retable d’Issenheim fait en ce moment l’objet d’une restauration de longue haleine, puisqu’il est pour la première fois entièrement restaurée. Un travail méticuleux que l’atelier du C2RMF de Paris avait débuté en novembre dernier et qui a pu se poursuivre aux yeux des visiteurs dans la chapelle du musée, son emplacement d’origine, durant les mois de mars et avril. En l’honneur de ce prochain dévoilement, le musée organise un concert inédit le week-end des 15 et 16 juin, avec six musiciens pour une programmation musicale sur un clavecin confectionnée par Iohannes Ruckers, datant de 1624 et appartenant également au musée. Cet instrument, remarquable de par son état de marche, est exceptionnellement utilisé pour des récitals ou des enregistrements. Une occasion parfaite pour le montrer au public et le faire jouer de ses plus belles notes devant les couleurs vivaces du retable !

Vers la fin du mécénat ?

Cherchant à réaliser 1,4 milliard d’économies sur les niches fiscales, le gouvernement envisage aujourd’hui de revoir le dispositif de suivi du mécénat d’entreprise. Inquiets malgré le discours rassurant du secrétaire d’Etat, Gabriel Attal, les mécènes ont vu leur cause défendue par l’Admical. En effet, l’association dénonce à travers un communiqué, intitulé « Vers un crash philanthropique », les conséquences négatives d’une réduction des avantages sur le développement de projets d’intérêt général. Une opinion partagée par plusieurs associations :l’Association Française de Fundraising (AFF), le Centre français des fonds et fondationset France Générositésrappellent que 40% du montant du don n’est pas soumis à la défiscalisation et ce fait, provient purement de la générosité du mécène. Législateur de la loi mécénat de 2003, Jean-Jacques Aillagon déplore ces attaques infondées, et espère que le gouvernement pourra très vite mesurer l’impact réel du dispositif sur l’économie, la santé, le patrimoine, dans l’espoir qu’il en conserve ses intérêts.

Roubaix : son patrimoine industriel en danger

Dans l’usine Cavrois-Mahieu, une cheminée de 40 mètres de haut, symbolisant le passé industriel roubaisien est en cours de destruction. Prétextant une menace d’effondrement selon certains experts, le tribunal administratif en ordonna par précaution la démolition. Face au démantèlement d’une partie de ce patrimoine emblématique, les habitants de Roubaix, représentés par une association de protection, accusent le coup. Surnommé la « ville aux mille cheminées », Roubaix n’en possède aujourd’hui plus que 38 : raison pour laquelle, elle peine à voir cette dernière cheminée menacée. La mairie souhaite prévenir ce genre de dilemme en renforçant l’arsenal juridique et imposant des travaux d’entretien aux propriétaires : des mesures importantes qui éviteraient des destructions brutales à l’avenir.

Jean-Michel Othoniel, concepteur d’un nouveau pont à Méréville

Le Domaine de Méréville est un jardin pittoresque connu dans toute la France pour un de ses ponts aux boules d’or. Réalisée à l’origine par François-Joseph Bélanger en 1784-1786, cette passerelle en bois se trouve aujourd’hui très endommagé. Jean-Michel Othoniel, artiste renommée pour ses installations de sphères en verres colorées juxtaposées – telles que celle de la station Palais-Royal à Paris – fut donc choisi par le conseil départemental de l’Essonne pour « réenchanter » ce parc. La connexion fut établie grâce à Catherine Deneuve, amie de l’artiste et marraine du parc depuis un an et demi, qui recommanda sans hésitation à François Durovray, président du conseil départemental de s’intéresser au travail de Jean-Michel Othoniel. Passionné de jardins, il accepta le défi : les travaux débuteront en 2020.

Les habitants de Triel-sur-Seine se mobilisent pour leur patrimoine

Dans les Yvelines, l’arrivée du RER E à Verneuil-sur-Seine inquiète les habitants : la construction d’une nouvelle gare et de logements contraint la communauté des communes à réviser le Plan Local d’Urbanisme (PLU). Face à ce projet de grande envergure et devant leur initiative de lancer une enquête publique du 5 juin au 17 juillet, le collectif « Construire à Triel, mais pas n’importe comment » a décidé de s’engager en défendant le point de vue des riverains. Leur objectif ? Sensibiliser les Triellois sur leur patrimoine naturel et architectural comme les maisons en pierre meulière, à travers six promenades. En effet, craignant que la densification urbaine altère leur qualité de vie et porte atteinte à la préservation de la nature, le collectif souhaite valoriser son potentiel culturel comme touristique, dans l’espoir d’instiguer une certaine attractivité, comparable à Giverny, au vu des multiples écrivains ayant résidés à Triel-sur-Seine.