• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Camurac - Eglise Saint-Just-Saint-Pasteur SAF

NB : La notice publiée ci-dessous est une notice provisoire, la notice scientifique étant en cours de rédaction. 

DESCRIPTION

L’église orientée présente un chevet plat et un mur gouttereau nord en bord de rue. Le pignon ouest, contre lequel est accolé un caquetoire, est surmonté d’un mur clocher composé de deux rangées à double arcades. La première rangée abrite d’ailleurs deux cloches. La nef et le chœur sont chapeautés par une toiture à deux pans sur la longueur de l’église. Contre le gouttereau sud, une chapelle et sacristie sont couvertes par une toiture en appentis. 

La nef de église se compose d’une avant-nef où deux baptistaires en pierre sont disposés de part et d’autre du portail. Cet espace est surmonté d’une tribune soutenue par des colonnes en bois avec des chapiteaux ioniques. L’ensemble de la nef est plafonnée par une voûte surbaissée en lattis. Quelques statuaires et une chaire en bois ornent les murs de la nef, style fin XVIIIe siècle. On remarque en son centre, une rosace à palmettes, décor spécifique du Ier Empire. Les angles supérieurs du plafond sont arrondis et soulignés par une double baguette de couleur jaune qui constitue, avec la rosace, le seul décor de cette nef. 

Le maître autel est en marbre blanc des Pyrénées, avec gradins, tabernacle et expositoire. Il comporte un retable en forme de triptyque. Le panneau central est orné d’un tableau peint, les volets latéraux sont bordés de colonnes torses garnies de pampres et abritent les statues de saint Just et saint Pasteur dans des encadrements symbolisant des niches. Le fond de ces dernières est peint en faux marbre. De larges volutes dorées avec motifs végétaux ornent les deux cotés. 

HISTOIRE

Située dans le pays de Sault, l’église est dédiée à saint Just et saint Sauveur, deux jeunes espagnols qui furent battus et décapités lors de la persécution des chrétiens sous Dioclétien. Les saints martyrs espagnols témoignent des liens qui jadis ont uni la région audoise à l’Espagne, à l’époque wisigothique.

La paroisse de Camurac existait d’après les textes connus, depuis l’an 1347 au moins. L’Abbé Sabarthes, dans son dictionnaire topographique de l’Aude, donne notamment les appellations successives de la commune : Camurac, canton de Belcaire, ancienne seigneurie royale aliénée en 1718 à Usson de Bonrepos.

On ne dispose pas de documents précis concernant Camurac et son église avant le XVIIe siècle. Si l’existence de la paroisse est attestée au XIVe siècle, on ignore si l’église était à l’emplacement de l’église actuelle. Les pierres chanfreinées du portail, avec un claveau axial orné d’une fine croix dans un cercle, ainsi que le bénitier en pierre encastré dans le mur, évoquent une datation ancienne. 

Le projet en images

Camurac - Eglise Saint-Just-Saint-Pasteur SAF

Camurac - Eglise Saint-Just-Saint-Pasteur SAF

Camurac - Eglise Saint-Just-Saint-Pasteur SAF

Camurac (11) Eglise Saint-Just-et-Saint-Pasteur – Sauvegarde de l'Art Français

Camurac - Eglise Saint-Just-Saint-Pasteur SAF

Camurac - Eglise Saint-Just-Saint-Pasteur SAF

Église Saint-Just-Saint-Pasteur à Camurac (Aude)

Camurac (11) Eglise Saint-Just-et-Saint-Pasteur – Sauvegarde de l'Art Français

Crédits : S.C.P.A. Tarbouriech & Robert Cols - Architectes du patrimoine