• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Financement
4 545 € / 36 750 €

Statut
Souscription en cours

Je fais un don

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

une renaissance pour l’église saint-firmin !

L’association Les Amis de l’église Saint-Firmin se mobilise aux côtés de la commune et de la paroisse de Gordes pour rendre à l’église Saint-Firmin sa splendeur passée !

Entre 2016 et 2019, la municipalité, aidée par le département et la région, a entrepris un important et coûteux chantier de restauration portant sur le clos et couvert de l’église – à savoir les toitures, les façades et le clocher si caractéristique de la Provence.

Mais il reste désormais à préserver et remettre en état l’intérieur de l’édifice qui présente un grand nombre d’éléments remarquables tant au niveau des décors peints, que des ferronneries, sculptures, boiseries, peintures…

Ensemble, aidons l’association Les Amis de l’église Saint-Firmin et la commune de Gordes à mener à son terme la restauration de ce petit bijou d’architecture jésuite qu’est l’église Saint-Firmin !

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

Aux origines de l’église Saint-Firmin

La première église de Gordes fut élevée entre la fin du XIe et le début du XIIe siècle par les moines bénédictins de l’abbaye de Saint Chaffret, établie à la fin du VIIe siècle au pied du village de Gordes et dont subsistent encore les ruines. Elle est alors dédiée à Saint-Benoît.

A la fin du XVIIe siècle, et malgré de nombreuses réparations (le dallage en 1684, le couverture en 1685, trois serrures en 1700, les portes en 1730…), l’église se trouve fort dégradée.

Il est alors décidé de la raser pour en édifier une nouvelle aux très vastes dimensions avec huit chapelles appartenant, pour le plus grand nombre, à des confréries, avec leurs saints patrons.
Construite sur les plans et devis des Sieurs Lambertin et Astaud d’Avignon, elle est dédiée à Saint Firmin, évêque d’Uzès, mort en 552.

Comme en témoigne l’inscription au fronton de l’église, l’achèvement de sa construction date de 1755.

Les décors peints ont été réalisés lors de deux grandes campagnes : l’une au XVIIIe siècle, en 1755, et l’autre au XIXe siècle, à partir de 1839 sous l’influence du chanoine Isnard qui va marquer les quarante années de son ministère par sa forte personnalité, sa volonté de pastoralisme et son attachement à Rome en lançant une ambitieuse campagne décorative de l’église avec des peintures à l’huile et l’acquisition d’un riche mobilier et de linge ecclésiastiques.

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

Un édifice du XVIIIe siècle à l’épreuve du temps… et des séismes

L’église Saint-Firmin présente la particularité de ne pas être orientée. Elle s’insère dans les rues étroites de Gordes et ses maisons déjà construites, en fonction des couches du rocher, de la pente et des ruissellements.

L’imposante construction à la nef très large, est supportée par de puissants et profonds contreforts.

Si l’église a ainsi résisté à deux tremblements de terre, ceux-ci n’ont tout de même pas été sans conséquence pour la structure.
En 1887, un séisme décroche une pierre de la clef de voûte entraînant l’affaissement et l’écartement de la voûte. Par manque d’argent, les travaux n’ont pu être réalisés que 7 ans plus tard, financés par des subventions départementales : les voûtes de la nef et de l’abside sont reconstruites en brique, l’ensemble est surélevé au-dessus des voûtes avec remploi de la corniche XVIIe siècle.
En 1909, un nouveau tremblement de terre fissure le mur du chœur, derrière le maître-autel.

Jusqu’à la campagne de restauration lancée en 2016, aucun sérieux travaux d’entretien et de réparations n’avaient été entrepris depuis 1887. Il pleuvait dans l’église, les pigeons entraient et sortaient, la chaire a dû être étayée, les murs de la nef se délitaient… L’état était dramatique, voire dangereux.
C’est donc à une véritable résurrection qu’a assisté ces dernières années le village de 1800 habitants !

 

une architecture jésuite et un décor mêlant baroque et XIXe siècle

L’église Saint-Firmin domine le vieux village de Gordes, caractérisé par sa topographie accidentée.

Elle se compose d’une nef de quatre travées et s’achève par un chevet à pans coupés. C’est un édifice de vastes dimensions avec un intérieur imposant. Les façades sont rythmées par de hauts contreforts irréguliers et le clocher est surmonté d’un campanile. La façade du portail d’entrée, inscrite dans le tissu dense du village à l’Est, est peu perceptible.

L’église compte quatre chapelles latérales en façade sud – la chapelle des cordonniers dédiée à saint Crespin, la chapelle funéraire des Âmes du purgatoire, la chapelle Saint-Joseph et la chapelle du Sacré Cœur – ainsi que trois chapelles côté nord – la chapelle Saint-Eloi, patron des ferronniers et des serruriers, la chapelle Notre-Dame-du-Rosaire et la chapelle Saint-Firmin.
Chaque chapelle possède un bel autel recouvert de stuc sculpté, surmonté d’un retable en stuc décoré – quand celui-ci n’a pas disparu.

Le chœur attire l’œil par son autel en bois doré et sa gloire, encadrée de deux anges orants. Au-dessus, un tableau offert par Napoléon III en 1861 représente sainte Marie égyptienne nourrie au désert par saint Antoine et les anges. Deux autres tableaux représentent saint Dominique et le Rosaire et saint Louis en Égypte. Séparé de la nef par une grille de communion du XVIIIe siècle, le chœur est orné de stalles en bois réalisées par l’ébéniste Granier.

La tribune, protégée par une grille en fer forgé, abrite un orgue Cavaillé-Coll en état de marche.

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art françaisChapelle Saint-Joseph

des travaux intérieurs urgents

Des désordres d’humidité qui menacent les décors peints et le mobilier

L’église souffre d’anciennes infiltrations venant de la toiture et de remontées humides.

Les chapelles côté nord, encaissées par rapport à la rue, sont très abîmées du fait des ruissellements d’eau provenant de l’extérieur : des fresques ont disparu, certains retables, ornements de pierre ou de stuc sont très dégradés.

La chapelle Saint-Eloi, tout particulièrement, présente un caractère d’urgence : les enduits peints se décollent dangereusement, des morceaux d’enduit sont tombés et des peintures s’effacent, menaçant de disparaître.

Une chaire du XVIIIe siècle en état de péril

C’est contre le mur nord, à un emplacement acoustique judicieux entre la chapelle Saint-Eloi et la chapelle Notre-Dame-du-Rosaire, qu’a été construite, en pierre et en stuc, une belle chaire baroque, dont la qualité est digne d’un maître. On y accède par un escalier construit à l’intérieur d’un pilier entre les deux chapelles.

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

La cuve porte encore des traces de décorations en stuc et faux marbres du XVIIIe siècle.

Actuellement sous étais, la chaire menace de s’effondrer : c’est que l’humidité à l’intérieur des murs a eu pour conséquence de dégrader les enduits, désagréger la maçonnerie et provoquer d’inquiétants mouvements au droit du mur contre lequel s’appuie la chaire.
Il est urgent d’intervenir.


L
‘association Les Amis de l’église Saint-Firmin de Gordes a besoin de votre générosité pour pouvoir entreprendre la première phase de travaux qui revêt un caractère d’urgence : la consolidation et la réfection de la chaire et des deux bénitiers ainsi que la mise en sécurité des décors peints de la chapelle Saint-Eloi. D’avance, merci pour votre générosité !

Le projet en images

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

Détail du choeur avec sa grille de communion en fer forgé et ses boiseries du XVIIIe siècle.

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

Vue vers les chapelles nord qui souffrent de désordres d'humidité.

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

Vue vers la tribune et son orgue Cavaillé-Coll.

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

Vue de l'escalier d'accès à la tribune.

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

La chapelle Saint-Eloi présente d'inquiétants désordres d'humidité.

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

Détail du mobilier de la chapelle Saint-Eloi.

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

La chaire à prêcher du XVIIIe siècle, en état de péril.

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

La chaire à prêcher du XVIIIe siècle, en état de péril.

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

Détail de la cuve de la chaire à prêcher et ses décors en faux marbre et stuc.

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

Détail de la cuve.

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

La cuve de la chaire à prêcher, sous étai.

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

Détail du dais.

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

Vue des bénitiers en pierre.

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

Vue des bénitiers en pierre.

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français

Gordes (84) Eglise Saint-Firmin - Sauvegarde de l'Art français