• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Statut
Souscription terminée

La « Merveille » de Saint-Eloi

A Steene, en Flandre, on peut admirer un ensemble de tableaux d’une indéniable qualité, quoique leur provenance reste un mystère. Parmi eux, la Cène, copie d’une composition de Pieter Pourbus, révèle, sous la poussière et le vernis noirci, des apôtres aux visages d’une grande finesse. Ce tableau témoigne de la renommée du monumental retable de l’église Saint-Eloi de Dunkerque, consacré en 1588 et malheureusement détruit au XVIIIe siècle. Mesurant quatorze mètres de haut, il accueillait en effet une Cène de Pieter Pourbus (1523-1584), grand-père du plus fameux Frans Pourbus, le portraitiste des cours européennes.

Une copie qui égale l’original

Malgré certaines maladresses qui révèlent un artiste moins expérimenté, la Cène de Steene attire l’attention par la subtilité dans le rendu des visages. Plus fins que ceux du maître flamand, ils accentuent la mélancolie de la scène. Certains, en particulier celui du Christ, surpassent l’état actuel de l’original, défiguré par une restauration hasardeuse au XIXe siècle.

Un nettoyage qui pourrait nous renseigner sur l’origine de l’œuvre.

Le tableau disparaît presque sous la poussière et un vernis noirci. Il présente un beau échantillonnage des altérations pouvant toucher la couche picturale : soulèvements, craquelures, écailles, chanci, repeints disgracieux. Un nettoyage permettrait non seulement d’arrêter une détérioration irréversible, mais aussi de révéler une inscription qui se devine en bas à gauche. Peut-être une signature ?

Projet mené par Joëlle Vaissière, étudiante à l’École du Louvre

Le projet en images