• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Louroux-Bourbonnais (03) Eglise Saint-Martin

Description

L’église Saint-Martin se compose d’une nef unique à quatre travées.
Elle est voûtée en berceau avec des arcs doubleaux reposant sur des colonnes à dosseret.
L’abside romane est déportée à gauche, d’une façon très nette. Il s’agit d’une abside circulaire percée de trois ouvertures séparées par des arcatures en mitre, aveugles.
Le clocher se compose d’un premier étage de couverture de plan carré et d’un second sur plan octogonal.
Des modillons à copeaux ornent la corniche.
L’église présente un porche saillant avec trois archivoltes sur colonnettes.
Les cintres des voussures des fenêtres de la nef sont, à l’extérieur, entourés d’un cordon de billettes qui affecte la forme carrée, disposition unique en Bourbonnais.

Les peintures murales des XIXe – XXe s. ont été identifiées comme étant celles d’Auguste Sauroy, peintre qui a assuré la décoration du Grand café et de la Maison Matin à Moulins.

Les vitraux qui retracent la vie de Saint-Martin semblent dater de la fin du XIXe.

Histoire

Louroux-Bourbonnais est un petit village du Bocage Bourbonnais, situé entre Moulins et Montluçon, à l’écart des grandes voies de communication. L’église et les nombreuses croix encore présentes aux abords des carrefours de la commune constituent l’essentiel du patrimoine local.

L’église Saint-Martin de Louroux-Bourbonnais appartient au diocèse de Bourges et dépendait alternativement de l’abbaye de Plaimpied en Berry et du prieuré de Souvigny.

De type roman auvergnat, le début de sa construction date de la fin du XIe, début XIIe. Le porche et l’arc de la nef laissent apparaître une influence gothique.
Il s’agit au début d’une chapelle oratoire d’un couvent de frères bénédictins qui ne comprend que la nef et le clocher.
La construction du chœur aurait été réalisée entre 1430 et 1450.
La sacristie est construite au XVIIIe s., avec des matériaux provenant certainement du Château de Martinatière.

La chapelle dite « de la Vierge » a été érigée entre 1830 et 1850 au moment de la grande dévotion à la Vierge que suscitèrent les apparitions de Lourdes. Il existait autrefois une statue en pierre, probablement du XIe siècle, qui aurait été enfouie dans les fondations de la chapelle. D’après les dires des anciens, c’était une statue miraculeuse et elle serait à l’origine du nom de la commune « Oratoris Borbonaris », soit l’Oratoire des Bourbon, prononcé « Louratouère des Bourbons » puis Louroux du Bourbonnais.
On est à la limite des langues d’Oïl et d’Oc, parlées à Montluçon, qui s’est progressivement effacée avec l’influence de la Cour des Ducs de Bourbon, résidant à Moulins où l’on parlait la langue d’Oïl, langue officielle des rois de France.

Le projet en images

Louroux-Bourbonnais (03) Eglise Saint-Martin

Louroux-Bourbonnais (03) Eglise Saint-Martin

Louroux-Bourbonnais (03) Eglise Saint-Martin

Louroux-Bourbonnais (03) Eglise Saint-Martin

Louroux-Bourbonnais (03) Eglise Saint-Martin2

Louroux-Bourbonnais (03) Eglise Saint-Martin

Louroux-Bourbonnais (03) Eglise Saint-Martin

Louroux-Bourbonnais (03) Eglise Saint-Martin

Louroux-Bourbonnais (03) Eglise Saint-Martin