• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

L’église Saint-Vincent semble d’origine très ancienne : dans une charte des années 864-873, l’évêque de Mâcon, Bernold, donne l’autorisation au prêtre Grunrin de construire à Sologny une église qui sera bientôt érigée en paroisse. L’édifice actuel date du xiie s. Il se compose d’une nef plafonnée, d’une travée droite de chœur voûtée d’arêtes qui retombent sur des culs-de-lampe sculptés de têtes grimaçantes, et d’une abside en hémicycle couverte d’un cul-de-four brisé. L’arc triomphal est en cintre très brisé, de même que l’arcade séparant les deux travées de chœur. Au sud de celui-ci, se dresse un clocher massif construit hors œuvre sur un plan barlong. Il est composé de trois niveaux, le premier pratiquement aveugle à l’exception d’une étroite meurtrière, le second ouvert de baies géminées séparées par des colonnettes, le troisième enfin, séparé par une corniche et sans doute postérieur, percé d’ouvertures rectangulaires. Sur la face sud de la nef, la corniche est supportée par des modillons sculptés de têtes d’hommes ou d’animaux.L’église a été inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 1930. L’année suivante, les laves de la toiture étaient remplacées par des tuiles plates à l’occasion d’importants travaux de restauration. Lors d’une nouvelle campagne de travaux, qui a permis la réfection des maçonneries et des charpentes, la couverture primitive en laves a été restituée. La Sauvegarde de l’Art français a versé une subvention de 100 000 F en 1988.

G.M. L.

 

BIBLIOGRAPHIE. – Virey (J.), Les églises romanes de l’ancien diocèse de Mâcon, 1934, p. 429-430.

Le projet en images