• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Verfeil (31) Eglise Saint-Blaise - Sauvegarde de l'Art Français

NB : La notice publiée ci-dessous est une notice provisoire, la notice scientifique étant en cours de rédaction.

Description

L’église se compose d’une nef à trois travées sur lesquelles s’ouvrent au Nord et au Sud des chapelles. Nef et chapelles latérales sont voûtées de croisées d’ogives. La nef est éclairée au Sud par des fenêtres à double lancette au-dessus des chapelles latérales (le mur Nord est aveugle et les fenêtres latérales seulement peintes en trompe l’oeil).
L’abside est à sept pans, percés chacun d’une fenêtre à double lancette, sauf celui du milieu qui est percé d’un oculus. La voûte d’ogive est à huit branches.

L’ensemble (nef, choeur, voûtes, certaines chapelles) présente un décor important constituées de rinceaux, de motifs géométriques aux pochoirs, de rehausse des nervures, des doubleaux et des arcs des chapelles par des filets.

L’abside est ornée de peintures murales exécutées par le peintre Gabriel Béringuier (1843-1913). Elles représentent un motif original et assez rare faisant le parallèle entre la Pâque de l’Ancien Testament : représentation de la mort des premiers nés d’Egypte par l’Ange exterminateur côté Nord et celle du Nouveau testament représentation du Christ offrant son corps et son sang devant sa Mère, des anges et des disciples. Il est à noter que Gabriel Béringuier est un peintre relativement connu dans la région Toulousaine et dont on peut observer les oeuvres notamment au musée des Augustins.

Les peintures de la nef sont d’une famille de spécialistes Italiens de la décoration religieuse : Les Ceronis, et représentent les douze apôtres de chaque côté des baies hautes. La voûte de la nef est peinte de bustes en médaillon (un par quart de voûte) et ornée de rinceaux sur fond bleu. A noter que cet atelier d’artistes a oeuvré dans la grande région Toulousaine dans la première moitié du XIX° siècle et a également travaillé sur la cathédrale Saint-Alain de Lavaur. On note d’ailleurs la ressemblance du décor des voûtes avec celle de la Cathédrale Saint-Alain.
La chapelle Notre-Dame présente un décor de qualité (artiste inconnu) avec des élévations ornées de motifs de couronnes réhaussées à la feuille d’or et de pochoirs au chiffre de Marie. Nous notons également la présence de deux anges peints dans un style néogothique (probablement XIX° siècle) assez élégants et une belle statue dorée de Notre-Dame avec l’enfant Jésus.

A noter enfin les vitraux du choeur présentant une belle composition sur les grandes étapes de la vie de Saint-Blaise, depuis sa consécration épiscopale jusqu’à son martyre. (Atelier non identifié)

L’ensemble de l’édifice présente un caractère architectural de type Gothique Languedocien.

Histoire

Le village de Verfeil est mentionné pour la première fois en 1137.
Située aux portes du Tarn, du Lauragais et du Pays Tolosan, dans le triangle historique du Pastel, la commune de Verfeil fut un haut lieu du catharisme entre Albigeois et Languedoc et le lieu de vie des petites filles de la Comtesse de Ségur, les célèbres « Petites Filles Modèles ».

En 1214, les seigneurs de Verfeil, hérétiques, se voient confisquer leurs biens par Simon de Montfort qui en fait don à l’évêque de Toulouse.

Au XV° siècle l’église existe déjà puisque des briques datées de cette période ont été retrouvées dans les décombres du clocher lors de son effondrement en 1924.

Un bail du 18 mai 1507 confie la construction du chœur et de la sacristie aux frères Louis et Antoine Colin, maîtres-maçons Toulousains. Les travaux sont achevés le 16 août 1511. La clef de voûte du choeur porte les armes de Jean d’Orleans, évêque de Toulouse, mort en 1533. Le silence est total quant à la nef qui fut au moins remaniés à cette époque : ceci nous indique néanmoins que les travaux sont réalisés sur la base d’un bâti préexistant.
La base rectangulaire du clocher semble antérieure à ces travaux mais néanmoins certains éléments laissent à penser qu’il a été retravaillé à cette époque. Les trois étages de la tour octogonale qui la surmontent ont été exécutés entre le 23 février 1550 et le 14 octobre 1554 par Louis Privat.
Ce clocher s’écroula en 1924. Suivant un article de presse de l’époque, il semble que cet effondrement soit dû aux affouillements consécutifs à la réalisation de la promenade réalisée à l’Ouest en pied de clocher à la fin du XIX° siècle. Le clocher actuel et la travée de nef attenante datent de 1925-1926.
Le clocher ne comporte plus qu’un étage et la travée a été reconstruite en bois et lattis plâtre.

D’après l’étude préalable réalisée par Raphaël Blohorn, architecte du patrimoine.

Le projet en images

Verfeil (31) Eglise Saint-Blaise - Sauvegarde de l'Art Français

Verfeil (31) Eglise Saint-Blaise - Sauvegarde de l'Art Français

Verfeil (31) Eglise Saint-Blaise - Sauvegarde de l'Art Français

Verfeil (31) Eglise Saint-Blaise - Sauvegarde de l'Art Français

Verfeil (31) Eglise Saint-Blaise - Sauvegarde de l'Art Français

Verfeil (31) Eglise Saint-Blaise - Sauvegarde de l'Art Français

Verfeil (31) Eglise Saint-Blaise - Sauvegarde de l'Art Français

Verfeil (31) Eglise Saint-Blaise - Sauvegarde de l'Art Français

Verfeil (31) Eglise Saint-Blaise - Sauvegarde de l'Art Français