• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Perchée dans les collines provençales et dominant le ruisseau du Raby, Notre-Dame de Châteauvieux témoigne de l’occupation stratégique des lieux au temps du village primitif de Signes (vers 900-1000). Également appelée Notre-Dame de l’Éloignée, lieu de pèlerinage et ermitage, elle est aujourd’hui une étape sur le sentier de Grande Randonnée 9 qui conduit au sanctuaire de la Sainte-Baume.

Depuis 2017, la Sauvegarde de l’Art Français soutient le chantier de restauration de la petite chapelle varoise. Avec la fin des travaux en mars 2021, ce sont 20 ans de combats pour la restauration de l’édifice qui trouvent un aboutissement heureux.

Fermée pour péril, la chapelle renaît

Implantée sur un terrain non homogène, la chapelle subit les affres du temps et du climat et est fermée pour cause de péril en 2000. Elle menace alors de s’effondrer, et pire encore, c’est plus de cinq siècles d’histoire de la commune qui risquent de disparaître.

C’était sans compter sur l’engagement des signois pour qui la chapelle est le dernier témoignage du site d’occupation primitif du village, au milieu des quelques murs restants du château qui dominait la vallée jusqu’à la fin du Moyen-Âge. Un étaiement de la voute est alors réalisé par Jean-Luc Guerbert, signois très investi dans la défense de la chapelle, et des bénévoles.

Pour préserver cet héritage et ce lieu autrefois si important pour le pèlerinage qui commémore la naissance de la Vierge, le signois Jean-Luc Guerbert se lance dans un projet qui va durer 20 ans. Il convainc la mairie de l’utilité de ces travaux pour transmettre ce patrimoine aux générations futures et sauvegarder l’histoire du village. En mai 2017, le Conseil Municipal approuve le projet et vote l’autofinancement nécessaire.

Jean-Luc Guerbert et Violaine Chevillotte, conseillère en charge du dossier,  se lancent dans un ambitieux plan de financement. Ils réunissent ainsi des financements institutionnels (Région, département), européens (programme FEADER), et s’apportent le concours de mécènes comme la Fondation du Patrimoine, le Crédit Agricole PACA et la Sauvegarde de l’Art Français.

Ce chantier fait écho à la mobilisation des habitants de Signes au XVIe siècle, qui reconstruisirent la chapelle grâce à une souscription après les Guerres de Religion. Plusieurs siècles après, c’est la préservation de l’identité et de l’histoire de la commune qui a motivé les bénévoles et les élus pour refaire vivre ce lieu, lui redonner sa place si singulière dans le cœur des signois et le transmettre aux jeunes générations.

Signes (83) Chapelle ND de ChâteauvieuxLa chapelle avant restauration

Un chantier conduit grâce à l’engagement des bénévoles

Si la mairie a soutenu le chantier en tant que propriétaire de l’édifice, c’est Jean-Luc Guerbert qui a lutté depuis deux décennies pour la restauration de la chapelle. Sensible à la protection du patrimoine et à ce lieu si particulier, il milite dès les débuts pour la restauration de la chapelle, cherche des financements auprès de financeurs publics et de mécènes.

Une première tranche de travaux est réalisée en 2020 pour des travaux urgents de consolidation des fondations et de maçonnerie avec le soutien de la Sauvegarde. En 2021, c’est la restauration de la couverture en tuile canal, la réfection à l’identique de la voûte en plâtre et le repiquage des anciens enduits qui occupe les équipes sur le chantier et les bénévoles.

Du fait de sa situation et de son inaccessibilité, le chantier est exceptionnel : l’approvisionnement en matériaux pour la chapelle doit se faire en hélicoptère.

La réception des travaux le 11 mars dernier marque donc un aboutissement pour la commune et les habitants engagés dans la restauration de la chapelle Notre-Dame-de-Châteauvieux. En présence de Mme Hélène Verduyn, maire, de l’équipe municipale, des équipes du chantier et des bénévoles, Xavier David, architecte DPLG et du patrimoine, a présenté les travaux effectués puis a remis Madame le maire le procès-verbal de réception du chantier.

M. Guerbert, sans qui le projet n’aurait pu aboutir, a également témoigné de son implication pour le sauvetage de la chapelle et a été félicité par l’ensemble des participants.

"J’ai personnellement vécu une aventure passionnante. Ce Patrimoine restauré doit être une fierté pour la population, nous venons de rajouter une page à
l’histoire du village.
LONGUE VIE A LA CHAPELLE !"

Jean-luc Guerbert

Faire revivre un lieu de l’identité signoise

La chapelle restaurée, celle-ci va pouvoir reprendre une fonction dans la vie du village, notamment pour le traditionnel pèlerinage organisé le 8 septembre, qui sera l’occasion de réunir les signois autour de ce patrimoine restauré.

D’autres projets sont à l’étude, notamment autour du sentier de Grande Randonnée, ou encore pour des manifestations culturelles.

Des projets éducatifs ont déjà été conduits avec les écoliers du village : la cloche est en cours de restauration grâce à l’opération 1, 2, 3 Patrimoine organisée par la Fondation Culture & Diversité et par la Fondation du patrimoine. Son retour dans la chapelle sonnera l’achèvement d’une belle aventure patrimoniale et humaine.