• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Le panneau « La Vierge de Miséricorde » de Louis Bréa, œuvre classée, situé dans la Chapelle des Pénitents noirs, place Saleya à Nice va partir en restauration. Cette œuvre magnifique, une peinture sur bois, où la Vierge montre un visage empreint d’une grande douceur, est datée de la fin du XVe siècle. Elle va être transférée ces jours-ci au CICRP* à Marseille.

L’œuvre a subi des dommages liés aux conditions d’exposition, elle est restée à l’extérieur sous abri pendant plusieurs siècles, et à certaines transformations intempestives comme l’ablation des traverses de soutien qui a provoqué un vrillage du support. La restauratrice, Mme DAMOUR a préparé le tableau qui doit être transporté en conditions isothermiques  et en humidité constante pour éviter toute altération du support.

Une fois sur place le tableau sera mis en atmosphère dépourvue d’oxygène pendant quelques semaines  pour le débarrasser des éventuels parasites puis il sera examiné aux rayons X, aux infrarouges et aux ultraviolets C’est seulement après ces explorations qu’il bénéficiera d’un plan de restauration du support bois, puis de la couche picturale.

Ce départ en restauration est le résultat d’une longue histoire qui a débuté voici deux ans dans le cadre de la campagne du « Plus grand Musée de France ». Ce sont les étudiants de Sciences Po Menton qui ont lancé cette opération de levée de fonds, dans le cadre d’un financement participatif.

Ils ont été soutenus par la Sauvegarde de l’art français. Ils ont pu bénéficier de l’aide de nombreux mécènes locaux et nationaux, au nombre desquels il faut citer la Caisse d’Épargne Côte d’Azur et la Fondation d’Entreprise Michelin.

La Sauvegarde de l’art français société fondée en 1921 est présidée par M. de Rohan Chabot est récemment devenue une fondation. Elle a pour vocation primordiale d’aider à la restauration des édifices religieux.

C’est dans ce cadre de mécénat qu’a été lancée voici quelques années l’opération du Plus Grand Musée de France qui nous concerne ici. Elle amène des étudiants de Sciences Po de toute la France à s’impliquer pour trouver les financements auprès de mécènes.

C’est pour eux une excellente expérience que l’on pourrait qualifier de travaux pratiques. Ils sont amenés à entrer en relation avec les média et à cultiver leurs connaissances des relations publiques.

Ainsi l’équipe animée par Eeva Nordstrom a pu réunir une somme suffisante pour restaurer cette œuvre magnifique.

Rendez-vous dans deux ans pour le retour de l’œuvre et le vernissage.

*CICRP. Centre Interdisciplinaire de Conservation et Restauration du Patrimoine

Article rédigé par M. Jean Siboni, correspondant de la Sauvegarde pour le département des Alpes-Maritimes