• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Financement
5 540 € / 49 800 €

Statut
Souscription en cours

Je fais un don

Kilian, Pierre, Léa et Alix sont étudiants en première année de l’école d’ingénieur IMT Mines Albi et s’engagent avec la Ville pour la préservation du patrimoine albigeois. A leurs côtés, vous aussi, aidez la restauration du monument Lapérouse ! 

Lapérouse 

Jean-François de Galaup, comte de La Pérouse (1741-1788) est né dans une famille noble originaire d’Albi. Il entre à l’Ecole des Gardes de la Marine de Brest en 1756 et s’engage dans la Marine royale pour participer à la guerre de Sept Ans, notamment lors de la bataille des Cardinaux en baie de Quiberon. Il est nommé capitaine de vaisseau à 39 ans à la suite de son excellente conduite pendant la guerre. Durant la Guerre d’Indépendance américaine, lors de la bataille de Louisbourg en 1780 contre la flotte britannique, il reçoit le commandement de l’Astrée. Il devient particulièrement célèbre à la suite de son expédition de la Baie d’Hudson en 1782 durant laquelle il excella en tant que navigateur et militaire. Il est aussi remarqué par son comportement humaniste, plaçant la vie humaine au-dessus de toute autre chose. C’est donc tout naturellement que lui est confiée la mission d’exploration par Louis XVI qui croit en ses compétences et en sa capacité de conduire l’expédition. En 1788, trois ans après son départ de Brest, l’expédition fait naufrage entraînant la disparition du commandant et de son équipage.

L’Expédition de Lapérouse 

Durant le siècle des Lumières, le roi Louis XVI rêve de rayonner et affirme la puissance de son règne en rivalisant avec le plus grand explorateur de l’époque, le capitaine Cook. En 1784, il commandite alors la plus grande expédition maritime de tous les temps pour compléter les connaissances en astronomie, géographie, navigation, histoire naturelle et anthropologie. Il confie la mission à l’officier Jean-François de Galaup, comte de Lapérouse, alors âgé de 43 ans. Il deviendra le chef de l’expédition planifiée pour parcourir 150 000 km en 4 ans, en naviguant sur l’atlantique, le pacifique sud et nord. C’est en 1785 que Lapérouse et les 200 marins, savants et officiers du roi quittent le littoral de Brest à bord des deux navires l’Astrolabe et la Boussole.

Malheureusement, l’expédition n’est pas arrivée à son terme et l’équipage n’a jamais refait surface : on parle alors du mystère Lapérouse. Des décennies après, diverses recherches et explorations ont montré que les deux navires ont sombré en 1788 vers l’île de Vanikoro. Aujourd’hui encore, des fouilles d’archéologie sous-marine sur les lieux du naufrage, organisées par l’association Salomon, permettent de découvrir des instruments et des objets ayant appartenu aux membres de l’Expédition de Lapérouse.

La statue Lapérouse d’Albi

Présentation 

La statue Lapérouse est l’œuvre du sculpteur Nicolas-Bernard Raggi. Ce monument en bronze de 3,5 mètres a été érigé en la mémoire du personnage de Lapérouse. Il représente le capitaine en pied, une épée au côté gauche, une lunette dans sa main droite et à ses pieds 4 ancres et 2 canons symbolisant ses exploits maritimes et militaires. La statue magnifie la place Lapérouse à Albi (81000).

L’artiste

Nicolas-Bernard Raggi, né en Italie à Carrare en 1790, était un sculpteur de style néo-classique. Il se forme à Florence avant de rejoindre l’école des Beaux-Arts de Paris. Il obtient la nationalité française en 1828 après avoir été nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1824. Le monument à Lapérouse fait partie de ses dernières œuvres, après Hugues Capet, Henri IV et Louis XIV.

La restauration

Depuis 168 ans, la statue a été exposée aux intempéries (pluie, gel, dégel…) et n’a été l’objet que de rénovations mineures. Le temps a atteint l’intégrité structurale de la sculpture avec l’apparition de fissures et de corrosion importante. Il est donc nécessaire d’agir pour remettre Lapérouse et son expédition en lumière. Les objectifs de la rénovation sont : 

  • nettoyage et mise en sécurité de la sculpture 
  • restauration du socle en bronze
  • restauration des ancres et des canons

Pour un coût total de 49 800 €

Le projet en images