• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Financement
239 € / 8 000 €

Statut
Souscription en cours

Je fais un don

Les mystères du Rosaire (détail)

Dans le cadre de la campagne du Plus Grand Musée de France, 5 étudiants de l’IAE de Nice vous invitent à soutenir la restauration du tableau « Les mystères du rosaire » réalisé par le peintre Jacques Viany.

La somme de 8 000 euros est recherchée pour aider la commune dans ce projet.

L'équipe étudiante en charge du projet

L’ŒUVRE 

Le tableau «Les  Mystères du Rosaire » est une huile sur toile de 4,4 x 3,2 m peinte en 1652 par Jacques Viany pour orner la chapelle Saint-Bernardin du village de Saint-Jeannet (06). Aujourd’hui, l’œuvre est propriété de la commune et se situe à son emplacement d’origine.

La composition de ce tableau présente un attrait original : il est composé d’une fresque centrale orné des quinze mystères du rosaire. Chaque mystère est représenté par une scène typique des grands moments de la vie de Jésus et de Marie. Un rosaire est le nom donné à la prière autour de ces différentes grandes étapes. Les quinze mystères appartiennent à trois catégories distinctes regroupant chacune cinq scènes :

  • Les « mystères joyeux » : l’Annonciation, la Visitation, la Nativité, la Présentation de Jésus au Temple, le Recouvrement de Jésus lors d’un pèlerinage à Jérusalem
  • les « mystères douloureux» : l’agonie de Jésus, la Flagellation, le Couronnement d’épines, le Portement de la Croix, la Crucifixion
  • les « mystères glorieux » : la Résurrection de Jésus, l’Ascension, la Pentecôte, l’Assomption, le Couronnement de Marie

Le registre central, quant à elle, représente Notre-Dame du Rosaire tenant l’enfant Jésus dans ses bras entourée de Saint-Dominique et de Saint-Bernardin.

LES COMMANDITAIRES 

Le tableau des « Mystères du Rosaire » a été commandé en 1652 par la Confrérie du Rosaire, une confrérie de pénitents blancs de la commune de Saint-Jeannet.

Installée dès 1645 dans la chapelle Saint-Bernardin, une ancienne bergerie au centre du vieux village, la Confrérie du Rosaire de Saint-Jeannet souhaite orner l’édifice d’une toile de grande envergure. Pour se faire, elle fait appel à Jacques Viany, un artiste de renom dans la région pour la réaliser. L’œuvre est ainsi la preuve matérielle de la puissance et de la richesse de la confrérie et témoigne de son influence dans la région.

L’ARTISTE

Jacques Viany est un artiste peintre originaire de Vence. Il a été formé à Aix-en-Provence entre 1614 et 1620. Absent de la documentation après sa formation, ce n’est qu’en 1638 qu’on le retrouve dans les vallées du Var, de la Vésubie et dans le Val d’Entraunes avec notamment l’œuvre majeure de la chapelle Notre-Dame des Grâces à Villeneuve-d’Entraunes. Il est ensuite actif en itinérance jusqu’en 1953 en exécutant principalement des peintures à iconographie religieuse et profane dans les évêchés de Nice, de Vence et de Grasse. On y répertorie aujourd’hui où une quinzaine de toile dans l’ensemble des trois évêchés ce qui est exceptionnel dans le contexte local de l’époque.

C’est le cas d’un « Salvator Mundi », daté 1639, aujourd’hui dans la cathédrale de Grasse. Après avoir orné le chevet de la chapelle polygonale Saint Hilaire détruite à la fin du XIXe siècle, il avait transité par la chapelle rurale Saint Sauveur sur le chemin de Grasse à Cabris. La qualité de cette œuvre, inspirée des modèles de Giovanni Bellini, est à souligner tant pour sa composition que pour sa palette.

PROJET DE RESTAURATION 

Les dons récoltés dans la cadre de cette souscription permettront de participer à la restauration du tableau. Le travail se divisera en deux lieux : sur place (dans La Chapelle Saint Bernardin) et en atelier.

Les besoins de restauration sont multiples :

  • Travail sur la restauration de la toile en atelier et sur place due à la difficulté de transport et l’humidité des lieux qui abîme l’œuvre et les murs de la chapelle.
  • En atelier : dépoussiérage, nettoyage, traitement, pose de pièce de renfort…
  • Sur place : installation du chantier, montage de la toile sur un nouveau châssis, l’application d’un vernis…
  • Fabrication d’un châssis en bois en atelier et assemblage sur place.
  • Fabrication du cadre en bois en atelier et assemblage sur place (dorure, polychromie…)

Le traitement consisterait à consolider et renforcer les supports et les couches picturales pour maintenir l’œuvre dans un bon état de conservation. Les étudiantes en charge du projet recherchent la somme de 8 000 € afin de permettre la restauration du tableau « Les mystères du rosaire ».

ILS EN PARLENT

 

Le projet en images

L'équipe étudiante

L'équipe étudiante en charge du projet : Daniel Jeonggi Kim, Jean-Baptise Benoin, Justine Mariotte, Sandra Ouvrier, Tiphaine Declerck

La Sauvegarde de l'Art Français

Les mystères du Rosaire

Les mystères du Rosaire

La Sauvegarde de l'Art Français

Les mystères du Rosaire (détail)

Les mystères du Rosaire (détail)

La Sauvegarde de l'Art Français

Les mystères du Rosaire (détail)

Les mystères du Rosaire (détail)

La Sauvegarde de l'Art Français

Les mystères du Rosaire (détail)

Les mystères du Rosaire (détail)

La Sauvegarde de l'Art Français

Les mystères du Rosaire (détail)

Les mystères du Rosaire (détail)

La Sauvegarde de l'Art Français

Les mystères du Rosaire (détail)

Les mystères du Rosaire (détail)

La Sauvegarde de l'Art Français

Les mystères du Rosaire (détail)

Les mystères du Rosaire (détail)

La Sauvegarde de l'Art Français