• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Statut
Souscription fermée

L’église de Neuville-sur-Touques, placée sous le vocable de saint Germain, avait été, selon une charte datant d’Henri 1er, rattachée à  Saint-Pierre-sur-Dives.  Quelques  matériaux  conservés  dans les murs goutterots et sur la façade rappellent cette  construction primitive,  bien  que  l’édifice  ait  été  largement  modifié,  en  particulier aux XVIIe et XVIIIe s. C’est ainsi que la date de 1609  est  encore lisible sur une pierre du  mur  sud.  L’édifice  comprend  une  nef  de trois travées et un chœur rectangulaire, à chevet plat, forcement en retrait, voûté en berceau (XIXe s.). Les murs goutterots de la nef, relativement épais, ont été percés au XVIIIe s. de larges baies cintrées laissant amplement pénétrer la lumière. A l’extérieur, les contreforts conservés  datent  en  grande  partie  du  XVIIe s.,  à  l’exception  de  l’un d’entre eux, de plus d’un mètre de large, qui est  sans doute  un  vestige des anciennes butées. Une construction tenant lieu de mairie obstrue malheureusement le pignon  occidental.  Le  clocher  à  l’entrée de la nef est  surmonté  d’une  élégante  flèche  à  huit pans.  Il est flanqué d’un ouvrage latéral. Un mobilier de qualité est conserve dans l’édifice. Outre la chaire et les   stalles du XVIIIe s., il possède un bel autel  du XVIIIe s. en bois peint,  blanc et  or, avec  retable.  Il est cantonné de quatre colonnes décorées de pampres et couronnées de chapiteaux corinthiens. Le tabernacle  au  centre  date  du  Premier Empire. Outre les statues de saint Germain et  saint  Sébastien  qui encadrent l’autel,  l’église  possède  un  très  bel Ecce Homo en bois naturel  de  2,3 0  m   de   haut   de  style  Renaissance. La Sauvegarde de l’Art  Français a  accordé  une  subvention   de  60 000  F   en   1994  pour la réfection de la couverture du clocher.

D . B.

 

Le projet en images