• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Somme affectée
5 585 €

Statut
Souscription terminée

Une représentation « muette » de sainte Christine

Sainte Christine de Bolsène vécue au IVe siècle, c’est la patronne des meuniers et des archers. Elle est habituellement représentée tenant une meule, une roue, des tenailles ou des flèches, objets témoins des nombreux martyrs que la jeune femme a subi pour avoir refusé un sacrifice à Apollon. Ici, aucun attribut ne permet d’en rendre compte ; seul le phylactère enfermé dans la loge aux reliques nous donne son nom. Elle est simplement représentée en buste vêtue d’un lourd drapé qui s’enroule autour de son cou. Ses cheveux sont ceints d’une auréole. Le tout repose sur un socle mobile à roulettes en forme de pattes d’aigle enserrant de petits coussinets rouges.

Une iconographie et un culte local

La fondation de l’église de Barlieu remonte au XIIe siècle. C’est une seigneurie qui au long de son histoire va passer dans les mains de la maison du comte de Sancerre, puis du chancelier du duc de Berry avant d’être revendue à Jacques Coeur pour 2000 écus d’or. L’histoire de Barlieu s’inscrit pleinement dans celle des grandes familles du Pays Fort et du Berry, elle renferme des objets historiquement et esthétiquement intéressants comme le tableau de la « Lactation de saint Bernard » commandé par Marie de l’Aubespine, fille du garde des sceaux d’Henri IV et de Louis XIII.
Sainte Christine, quant à elle, est représentée deux fois dans l’église, par ce buste sculpté et également sur un des vitraux du chevet sur lequel elle porte les flèches de son martyr. C’est la patronne secondaire de la commune au côté de saint Germain. Elle est donc un élément fondamental au sein de cette église. Pourtant, c’est au fond d’un placard obscur du buffet de la sacristie qu’elle séjourne depuis des dizaines d’années. Son état de détérioration, son oubli et la méconnaissance des paroissiens et des visiteurs sont les principaux motifs de la préoccupation des habitants de la commune et de l’intérêt que cet objet a suscité.

Une restauration exemplaire

Début 2014, ce buste reliquaire de sainte Christine a fait l’objet d’observations précises et d’interventions de restaurateurs professionnels.

Il présentait un aspect visuel peu satisfaisant dû à des réparations de fortune. Il est donc prévu de nettoyer, de fixer et de mettre à jour la polychromie originelle (la couleur bleue des pupilles dépassant sur la paupière supérieure est le signe de la présence d’une polychromie antérieure). La restauration consistait à : consolider les assemblages (pieds et auréole), de réparer et nettoyer la loge aux reliques et enfin de remettre en place et sécuriser le buste au sein de l’église dans laquelle il n’était plus présenté.

De nos jours le buste reliquaire a retrouvé sa place dans l’église paroissiale de Barlieu et les habitants de la commune peuvent à nouveau admirer ce chef-d’oeuvre.

Sainte-Christine, Barlieu, Le Plus Grand Musée de France, sauvegarde de l'Art FrançaisSainte-Christine,

Projet mené par Gabrielle Antz, étudiante de l’École du Louvre

Le projet en images

Sainte Christine après restauration (septembre 2015), le Plus Grand Musée de France