• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Statut
Souscription terminée

Henri Pinta réalisa en 1925 un chemin de croix composé de quatorze stations pour la commune d’Hoéville. Ces œuvres se trouvent désormais conservées dans de l’église Saint-Nicolas. Celle que nous souhaitons faire restaurer est la quatorzième station, la plus proche du chœur.
Ces stations furent réalisées dans l’après-guerre afin de remplacer l’ancien chemin de croix, détruit par les bombardements qui réduisirent l’église Saint-Nicolas à l’état de ruines. Des photographies, fournies par la commune, en attestent.

L’oeuvre, la Mise au tombeau : un trésor à redécouvrir

Il s’agit d’une mise au tombeau, une scène relatée dans les quatre évangiles. Elle suit, dans la chronologie, la Crucifixion de Jésus Christ. Il s’agit du dernier épisode de la Passion du Christ.
Cinq personnages y sont représentés : de gauche à droite, Saint Jean, Nicodème, Marie, Jésus Christ, et Joseph d’Arimathie. Nicodème et Joseph d’Arimathie soutiennent avec douceur un linge dans lequel gît Jésus, sans vie. Il vient d’être descendu de la croix par ses proches. Il s’apprête à rejoindre son tombeau ouvert, représenté sous son corps, qui l’accueillera jusqu’à sa Résurrection. Sa mère Marie le contemple, son visage voilé empreint de tendresse et de douleur. Saint Jean, de dos, cache par pudeur son expression au spectateur.
Les personnages sont réalisés à l’huile en camaïeu de gris, et se détachent par leur clarté contre le bleu nuit de l’arrière-plan. La divinité de Saint Jean, de Marie et de Jésus est soulignée par leurs auréoles d’or. Celle de Jésus, conformément à l’iconographie traditionnelle, est fidèlement frappée d’une croix rappelant son destin.
La gravité de la scène est soulignée par les ombres, qui plongent dans l’obscurité le visage de Saint Jean et le regard de Marie. Ce jeu de lumière permet également au peintre de faire la démonstration de son talent en matière de drapés.
La station est nichée dans un écrin de plâtre sculpté, formant un motif de tresses végétales faisant écho aux très beaux vitraux de l’église.

La « tendre intensité » qui marque cette mise au tombeau est caractéristique d’Henri Pinta, spécialiste de peinture religieuse et talentueux titulaire du prestigieux prix de Rome, qu’il obtient en 1884 grâce à son tableau Le serment de Brutus après la mort de Lucrèce, conservé à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris.

Cette œuvre d’exception a souffert de la forte chaleur d’un fourneau à proximité. La toile brûlée et la peinture écaillée nécessitent une restauration de toute urgence.

Ils en parlent

L’Est Républicain : Sept Sciences Po et une toile à sauver

 

Projet mené par Elsa Spigolon, Romane Péronne, Yannis Umlauf, Alejandro Lopez Bo, Miriam Privarova, Zehrah Pen Point, Farrah Trari et Adrien Ramassamy Moutoussamy, étudiants à Sciences Po Nancy

Le projet en images

Équipe étudiante Sciences Po Nancy 2017-2018

Détail, Station XIV, la mise au tombeau

Détail, Station XIV, la mise au tombeau

Détail, Station XIV, la mise au tombeau

Le chemin de croix

Station XIV, la mise au tombeau

Station XIV, la mise au tombeau