• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Paires de Bénitiers de Neuviller-lès-Badonviller, Collaboration entre la cristallerie Daum et l'artiste décorateur Louis Majorelle, v. 1922

C’est une rencontre avec un mécène peu ordinaire qu’Olivier, animateur de l’équipe de Nancy a fait un lundi de mars, dans un café parisien. Nous avons recueilli son témoignage.

Olivier Roisin, Animateur du campus de Nancy :

J’ai pu échanger avec Philippe Daum, descendant de la famille qui a donné son nom à la célèbre cristallerie nancéienne. Ayant découvert notre campagne grâce à un article publié dans l’Est Républicain, M. Daum s’est montré, tout de suite, très intéressé par le projet du Plus Grand Musée de France, qu’il a qualifié de « génial ».

Restaurer les bénitiers de Neuviller-lès-Badonviller est une idée qui lui a particulièrement plu, d’autant plus qu’il s’agit de pièces uniques et qu’il ignorait tout à fait que Daum avait réalisé des bénitiers. Il m’a néanmoins confirmé qu’il ne pouvait s’agir que d’un Daum-Majorelle (« Cela ne peut être que ça ! »), les deux artistes collaborant beaucoup à l’époque.  Philippe Daum m’a ainsi confirmé que sa famille, au travers de l’Association des Amis des Cristalleries Daum souhaitait financer la restauration de ces bénitiers.

Paires de Bénitiers de Neuviller-lès-Badonviller, Collaboration entre la cristallerie Daum et l'artiste décorateur Louis Majorelle, v. 1922

Nous avons eu de longs échanges, au cours desquels j’en ai beaucoup appris sur l’histoire de la famille et du ou plutôt des styles Daum, chaque génération ayant marqué la production de son empreinte. Les créations Daum connaissent de grands succès lors des expositions universelles de 1893 et de 1900. C’est à ce moment que triomphent l’Ecole de Nancy et l’Art nouveau. Ce dernier est ensuite concurrencé par l’Art déco et Paul Daum réoriente la production vers ce nouveau courant. Après la Seconde Guerre mondiale, le cristal devient le matériau de prédilection de la maison Daum, toujours en quête d’innovations. Dans les années 1970, Jacques Daum collabore avec des artistes de renom tels que Dali et César.Il remet aussi au goût du jour la pâte de verre, alors oubliée depuis plusieurs décennies. La pâte de verre n’était plus utilisée à l’époque des bénitiers (années 1920) et c’est ainsi que Philippe Daum a pu m’affirmer avec certitude que nos bénitiers ne sont pas en pâte de verre mais formés de verre multicouche. Dans les années 1980, l’idée viendra de marier cristal et pâte de verre.

L’Association des Amis des Cristalleries Daum est une association exclusivement familiale fondée en 1983, lorsque l’entreprise était toujours entre les mains de la famille Daum. L’objet social de l’Association est de « contribuer au rayonnement des créations passées, présentes et futures des Cristalleries Daum». Récemment, l’association a œuvré dans le mécénat et a notamment permis au musée des Beaux-Arts de Nancy d’acquérir plusieurs pièces de sa collection. La prise en charge de la restauration des bénitiers Daum-Majorelle entre donc tout à fait dans les objectifs que s’est assignée l’association.