• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Joganville (50) église Saint-Vigor SAF

NB : Cette notice est provisoire et a été rédigée à partir des informations transmises par les porteurs de projet. Les notices scientifiques sont en cours de rédaction. 

Description

Implantée au centre du bourg, l’église s’élève sur un promontoire dominant le bocage environnant.
Elle se compose, selon un plan rectangulaire, d’une nef à trois travées, prolongée par un chœur à chevet plat abritant, dans sa première travée, le sanctuaire et son maitre-autel, et dans la seconde, l’arrière-chœur.
De part et d’autres de la nef s’élèvent deux chapelles formant transept. La chapelle sud est surmontée par la tour-clocher.
Un sacristie a été accolée au chevet. 

La façade Nord offre à voir une belle maçonnerie en « opus spicatum » permettant de dater la construction de l’édifice au XIe siècle, voire à la fin du Xe siècle.
Les contreforts angulaires de la façade ouest présentent la particularité d’accueillir des gisants, insérés de façon verticale, au XIIe ou au XIIIe siècles. Leur présence pourrait s’expliquer par la disparition de l’histoire mémorielle de l’identité de ces ancêtres des patrons laïcs de la paroisse ou bien par l’investissement du chœur par un nouveau lignage pour s’y faire inhumer.

Selon toute vraisemblance, l’édifice à l’époque romane était couvert de tuiles plates. C’est à partir de l’époque médiévale que la couverture est remplacée par des schistes épais (la tuile disparaît du Cotentin au XVe siècle).

L’église Saint-Vigor a conservé son placître et son cimetière disposé au tour de l’édifice. Le cimetière comporte de nombreuses tombes anciennes ainsi qu’un if remarquable. 

Histoire

Le nom de la commune est attesté sous les formes Joganville en 1080 et Joganvilla en 1159 et 1181. La commune s’est développée au droit d’un passage de gué permettant de traverser le ruisseau de Coisel, situé en contre-bas du site d’implantation de l’église. L’histoire féodale et religieuse de Joganville est extrêmement complexe : la paroisse comprenait une cure à deux portions et deux fiefs portant le nom de Joganville, l’un sous la baronnie de la Hougue, l’autre sous la baronnie d’Olonde. Le nom d’Auberville n’est mentionné que très tardivement en 1576. En 1665, les deux patronages étaient encore laïques. L’église dépendait de l’archidiaconné du Cotention et du doyenné du Plain.

L’église Saint-Vigor est une construction antérieure au XIe siècle, remaniée au XIIIe siècle et au XVe. Elle est dédiée à Saint Vigor, évêque de Bayeux (513-538). A la fin du XVIIIe siècle, l’église est fermée et devient une église annexe à la paroisse d’Emondeville. Grâce au travail de la commune et Mgr Robiou, évêque de Coutances, la paroisse est rétablie par décret en date du 20 décembre 1862. 

Joganville est l’une des premières villes libérées en 1944. Elle est très endommagée suite aux bombardements du Débarquement : les couvertures (toiture, charpentes, voûtes maçonnées et lambrissées) ont été incendiées et soufflées par un obus tombé dans la tour-clocher, le riche et remarquable mobilier liturgique a été grandement altéré ou détruit sous les chutes des couvertures, les vitraux sont soufflés, les enduis intérieurs altérés.

La reconstruction partielle de l’édifice, sous l’égide de l’architecte Lescot, est lancée en 1953 autour des éléments préservés. Elle s’achève en 1954. Du fait de la présence d’une cimenterie à proximité, un emploi excessif de mortier ciment a été réalisé pour les travaux de reconstruction. Les intérieurs ont perdu toute lecture des dispositions anciennes. Malgré la présence de vestiges romans et d’éléments du XVIIe siècle très ténus, les intérieurs ne présentent aucune décoration. Le mobilier liturgique disparu lors des bombardements n’a pas été restitué.

Le projet en images

Joganville (50) église Saint-Vigor SAF

Joganville (50) église Saint-Vigor SAF

Joganville (50) Eglise Saint-Vigor - Sauvegarde de l'Art Français

Joganville (50) Eglise Saint-Vigor - Sauvegarde de l'Art Français

Joganville (50) Eglise Saint-Vigor - Sauvegarde de l'Art Français

Joganville (50) Eglise Saint-Vigor - Sauvegarde de l'Art Français

Joganville (50) Eglise Saint-Vigor - Sauvegarde de l'Art Français

Joganville (50) Eglise Saint-Vigor - Sauvegarde de l'Art Français

L'église après les bombardements du Débarquement, en 1944.

Joganville (50) Eglise Saint-Vigor

L'église après les bombardements du Débarquement, en 1944.

Joganville (50) église Saint-Vigor SAF

Joganville (50) Eglise Saint-Vigor - Sauvegarde de l'Art Français

Crédits : Héléna Coudray - Architecte