• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Ruffec (16) Eglise Saint-André - Sauvegarde de l'Art Français

NB : La notice publiée ci-dessous est une notice provisoire, la notice scientifique étant en cours de rédaction. 

Description

L’église se compose d’une nef de cinq travées avec deux bas-côtés.
Le bras nord du transept, sur la sixième travée, est le clocher : une tour carrée surmontée d’une toiture pyramidale couverte en ardoises.
Deux travées de chœur, avec leurs bas-côtés, terminent l’édifice.
Une sacristie et une chaufferie sont accolées au mur sud, mais peu saillantes.

Les murs sont en moellons enduits, la couverture est en tuiles canal. La nef étant plus large que le portail au nord, l’axe de la couverture de la nef est donc décalé par rapport à l’axe de la façade occidentale.

Histoire

Ancienne viciairie perpétuelle et siège d’un archiprêtré, l’église Saint-André, de l’ancien diocèse de Poitiers, appartenait à l’abbaye de Nanteuil dont elle fut, à l’origine, un prieuré conventuel. De la basilique du XIIe siècle, il ne reste plus que la façade occidentale et le portail sud.

En 1415, lors de la Guerre de Cent Ans, un incendie provoqué par l’armée anglaise, détruit la majeure partie de l’église. Le chantier de reconstruction s’achève en 1442.

En 1470, l’église Saint-Benoît est rattachée à l’église Saint-André qui devient l’unique église paroissiale de Ruffec.

L’église est probablement restructurée aux XVIe puis au XVIIe siècle, à la suite d’un nouvel incendie : les vitraux et la voûte du chœur sont restaurés et un presbytère est créé.

La façade ouest fut particulièrement mutilée en 1790 : onze des douze statues d’apôtres qui ornaient la façade furent décapitées. Seule subsiste dans son intégralité la statue de saint André, patron de la paroisse.

Pendant la Révolution française, l’église fut divisée en deux parties par un mur : la partie est servait à l’atelier de salpêtre recueilli dans la crypte et la partie ouest à la tenue des assemblées publiques.

En 1855, l’intérieur de l’église, très détérioré, est restauré grâce à une souscription. Les vitraux et le dallage actuels datent de cette époque.

D’après l’étude préalable de Martine Ramat et Jérôme Baguet, Architectes du patrimoine.

Le projet en images

Ruffec - Saint André - SAF

Ruffec - Saint André - SAF

La façade ouest et son imposant portail, classés au titre des Monuments historiques.

Ruffec - Saint André - SAF

Ruffec (16) Eglise Saint-André - Sauvegarde de l'Art Français

Le clocher après restauration.

Ruffec (16) Eglise Saint-André - Sauvegarde de l'Art Français

Repose de la charpente restaurée du clocher.

Ruffec (16) Eglise Saint-André - Sauvegarde de l'Art Français

Réfection de la couverture en tuile plate du clocher.

Ruffec (16) Eglise Saint-André - Sauvegarde de l'Art Français

Travaux de restauration de la couverture en tuile canal de la nef.

Ruffec (16) Eglise Saint-André - Sauvegarde de l'Art Français

Vue d'ensemble après restauration du clocher en 2014.

Ruffec (16) Eglise Saint-André - Sauvegarde de l'Art Français

Vue d'ensemble avant lancement de la campagne de restauration.