• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Saint-Vert (43) Eglise Saint-Jean-Baptiste- Sauvegarde de l'Art Français

NB : La notice publiée ci-dessous est une notice provisoire, la notice scientifique étant en cours de rédaction. 

Description

L’édifice se présente aujourd’hui sous la forme d’une église à nef unique de deux travées séparée du choeur par un arc triomphal brisé. Le choeur est composé d’une travée droite de choeur et d’une abside polygonale. Posé sur la travée droite du choeur, un clocher à deux étages porte la chambre des cloches dans lequel est installé un beffroi en chêne muni de trois coches. La façade sud de la nef est flanquée de trois contreforts et ornée de modillons sculptés. Les modillons et la corniche sont des éléments qui subsistent de la période romane et nous indiquent le niveau de la toiture originelle.

Sur cette même façade, s’ouvre un portail roman, qui donne accès à l’intérieur de l’église, et se compose d’un arc plein-cintre qui retombe sur des colonnes à chapiteaux sculptés. Des traces de polychromie datant de la fin du Moyen-Age sont encore visibles et délimitent des faux claveaux noirs, rouges et jaunes. A l’intérieur de l’église, la nef romane est couverte d’une voûte en berceau dont chaque travée est renforcée par un doubleau. Le choeur et la chapelle latérale sont quant à eux voûtés d’ogives, suite à leur reconstruction à la période gothique.

Dans la nef, la base de l’autel principal se compose de la cuve de l’ancienne chaire du XVIème siècle classée au titre des Monuments Historiques en 1904. La cuve de forme hexagonale était ornée sur deux registres de bas-reliefs portant notamment les armoiries de Jacques de Sénecterre (ou Saint-Nectaire), abbé de l’abbaye de la Chaise-Dieu de 1491 à 1518, ainsi que des coquilles de Saint-Jacques. L’ensemble de l’église est entièrement couverte d’un enduit orné d’un faux appareil qui semble ne pas remonter au-delà de l’époque moderne. Enfin, les vitraux de la nef sont l’oeuvre de Charles Borie, maître verrier actif en Auvergne au début du XXe siècle.

Histoire

La paroisse de Saint-Vert a appartenu successivement à trois diocèses: de Clermont jusqu’en 1317, puis de Saint-Flour jusqu’à la Révolution et enfin du Puy. L’église paroissiale de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste a été bâtie à l’époque romane et appartenait à un prieuré dépendant de l’abbaye de la Chaise Dieu fondée en 1043 par Saint-Robert de Turlande. Le prieuré, qui abritait quelques moines, fut fondé à coté d’un château seigneurial appartenant aux seigneurs de Châteauneuf-du-Drac.

Au XIVe siècle, le château fut légué à l’abbaye de la Chaise Dieu qui, en pleine Guerre de Cent Ans, en fit une maison prieurale fortifiée, cerclant le château et son prieuré d’une enceinte et mettant en défense l’église. A la Révolution, elle deviendra propriété de Claude Champanhac, curé de Saint-Vert. En 1869, la commune acquiert le bien pour y loger l’école des garçons, la mairie, le logement de l’instituteur, du curé et de son vicaire. En 1921, un incendie détruit une grande partie du château dont seule la partie abritant le presbytère a été conservée. 

Seule la nef de l’église originelle nous est parvenue, le choeur et la chapelle nord ont été reconstruits au XIVe et au XVe siècles. La sacristie a été accolée dans le prolongement de la chapelle à la fin du XIXe. Il est probable qu’avant la construction de la tourelle d’escalier construite au XIXe, l’accès au choeur se soit fait par une tourelle de bois située à la même place.

Le projet en images

Saint-Vert (43) Eglise Saint-Jean-Baptiste- Sauvegarde de l'Art Français

Crédits : Bruno Morel - Architecte du patrimoine

Saint Vert - Eglise Saint Jean Baptiste SAF

Crédits : Bruno Morel - Architecte du patrimoine

Saint Vert - Eglise Saint Jean Baptiste SAF

Saint Vert - Eglise Saint Jean Baptiste SAF

Crédits : Bruno Morel - Architecte du patrimoine

Saint-Vert (43) Eglise Saint-Jean-Baptiste- Sauvegarde de l'Art Français

Crédits : Bruno Morel - Architecte du patrimoine

Saint-Vert (43) Eglise Saint-Jean-Baptiste

Crédits : Bruno Morel, Architecte du patrimoine