• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Crédits Corda Sahar

Samedi 22 juin avait lieu sur l’esplanade Oscar Niemeyer au Havre, l’inauguration des Oiseaux de Marianne Peretti. Œuvre résolument moderne, elle fut choisie l’année dernière dans le cadre de la campagne du Plus Grand Musée de France par cinq étudiants de Sciences-Po pour être restaurée. Une action aujourd’hui saluée par la Ville du Havre, heureuse de redonner au centre culturel Le Volcan, son unité architecturale et artistique d’origine.

UNE JEUNESSE ENGAGÉE

L’année dernière, fut lancée une vaste campagne de mécénat par cinq étudiants de Sciences Po Le Havre. L’objectif ? Lever les 3.500 euros nécessaires pour restaurer l’oeuvre de l’artiste franco-brésilienne : « Passaros », signifiant Les Oiseaux. Pendant plusieurs mois, Marie-Palmyre de Bray, Laurine Blu, Amélie Melchior, Juliette Guilbaud et Nicolas Juif ont parcouru la Ville du Havre pour convaincre les habitants du bien-fondé de ce projet de restauration.

Passaros - Le Havre

 

UNE ŒUVRE déracinée & oubliée

Après plusieurs mois de recherche intensive, le choix de l’oeuvre s’est très vite porté sur Passaros de Marianne Peretti en raison de son histoire et de son originalité. Artefact d’une artiste toujours vivante – âgée aujourd’hui de 92 ans – la sculpture était d’autant plus intéressante pour sa filiation à la place Oscar Niemeyer du Havre.

Retirée lors des travaux d’aménagement du Volcan – espace culturel conçu par le célèbre architecte Oscar Niemeyer dans les années 1980 – la sculpture Passaros était stockée dans les réserves de la Ville du Havre. 

Passaros - œuvre avant restauration

MISE en abime poétique

Fidèle collaboratrice d’Oscar Niemeyer pour avoir réalisé à sa demande les vitraux de la cathédrale Brasilia au Brésil, Marianne Peretti s’associe une nouvelle fois à l’univers de son ami. Le 24 mai 1982, une sculpture lui est commandée au titre du 1% artistique sur la place Niemeyer. Souhaitant créer une œuvre en totale harmonie avec son environnement, l’artiste puise son inspiration dans l’urbanisme du site. 

Oscar Niemeyer, tenant particulièrement à la symbolique des oiseaux, emblèmes de liberté et de paix, donna à cette esplanade la silhouette d’une colombe, visible en vue aérienne. Partageant cette fascination, Marianne Peretti souhaita créer une mise en abime, en reprenant pour sa sculpture la figure de la colombe. 

Vitrail de la cathédrale de Brasilia - Crédits Breno Laroveritera e Jarbas /JR (sdp)

« S’il est certain qu’elle eut la chance extraordinaire de rencontrer Niemeyer, on peut de la même manière dire qu’il eut celle de rencontrer Marianne Peretti, qui lui apporta légèreté, sensibilité, nuances, poésie »

Yves Lo-Pinto,
ancien diplomate &
ami de l’artiste

Une inauguration sous le soleil du Havre

En choisissant cette œuvre et en levant des fonds le temps d’une année, les étudiants ont concrétisé le projet de redonner vie à Passaros. Sa restauration accomplie, l’oeuvre contemporaine a pu retrouver sa place d’origine tout près du Volcan, sur la place Niemeyer.

Passaros - Le HavreCrédits Mairie Le Havre

Grâce au concours de La Sauvegarde, des étudiants et de la Ville du Havre, ce formidable projet fut célébré lors d’une inauguration ensoleillée le 22 juin dernier. Réunis autour de l’oeuvre éclatante, M. Le Maire, Jean-Baptiste Gastinne, M. Emmanuel Guillemette, consul honoraire du Brésil, Mme Isabella Peretti, fille de l’artiste et M. Allenbach, délégué local du Calvados, ont pu immortaliser ensemble sa renaissance. Étaient également présents Mme Sandrine Dunoyer, adjointe au Maire à la Culture et Mme Hélène Vandeville, élue de CCI Seine Estuaire.

Après avoir dévoilé la plaque officielle de l’oeuvre, tous furent conviés à descendre dans la bibliothèque Oscar Niemeyer où le Maire et la fille de l’artiste ont salué la réussite de l’opération. Enfin M. Lo Pinto, ancien diplomate et ami de Marianne Peretti a donné une conférence sur la thématique des oiseaux dans l’oeuvre de l’artiste, clôturant l’inauguration sur l’imaginaire qui s’émane de cette cohabitation architecturale et plastique.

La Fondation souhaite encore remercier l’ensemble des mécènes ayant contribué au financement de la restauration et à ce succès.

L’aboutissement de cette campagne du Plus Grand Musée de France n’aurait été possible sans l’engagement et la persévérance des étudiants de Sciences Po Le Havre. Retour sur cette belle aventure humaine : 

« Le choix de cette œuvre atypique
a détonné auprès du jury PGMF,
plus habitué à des oeuvres classiques, à l’instar de celles que l’on trouve dans les églises »

« Nous espérons aujourd’hui que la réussite de notre projet inspirera d’autres étudiants à opter parfois pour des œuvres contemporaines »

MARIE-PALMYRE, CHARGÉE DU PROJET