• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Vue de la ville de Nice

Louis et antoine bréa, peintres majeurs dU XVe et du début XVIe siècle

Ce jeudi 17 mai, à 16h, la bibliothèque Louis Nucéra de Nice accueillera la conférence de l’historienne de l’art, Mme Germaine-Pierre Leclerc, sur les frères Louis et Antoine Bréa, deux peintres majeurs de la fin XVe et du début XVIe siècle, originaires de Nice.

L’évènement est gratuit et ouvert à tous !

Il aura pour double objectif de retracer l’histoire de ces deux frères, artistes de génie, et de sensibiliser l’auditoire à l’urgente restauration d’un exceptionnel triptyque d’Antoine Bréa conservé à l’église Saint-Benoît à Bonson.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre du Plus Grand Musée de France (PGMF), campagne lancée en 2013 par la Fondation pour La Sauvegarde de l’Art Français en faveur de la restauration d’objets d’art. Elle est menée chaque année par des étudiants de la France entière.

Cette année, les étudiants de Sciences Po Menton, ambassadeurs de cette campagne, ont ainsi décidé de trouver 5000 euros pour la restauration de ce triptyque d’Antoine Bréa figurant, en son centre, Saint Jean-Baptiste.

Cette opération fait écho à un autre projet mené avec succès voilà deux ans par d’autres étudiants de la même école au profit de la Vierge de miséricorde, tableau de Louis Bréa alors conservé à Nice. Cette restauration a été rendue possible grâce au soutien de la Caisse d’Épargne Côte d’Azur.

Le retable de Saint Jean-Baptiste : chef d’oeuvre niçois de la Renaissance française

Antoine Bréa, Retable de Saint Jean-Baptiste (détail), 1517 Église de Saint-Benoît, BonsonAntoine Bréa, Retable de Saint Jean-Baptiste (détail), 1517, Église de Saint-Benoît, Bonson

Réalisé en 1517 par le peintre Antoine Bréa, ce retable témoigne de l’art pictural du début du XVIe siècle et annonce déjà toute la splendeur révolutionnaire de la première Renaissance française.

Il se présente sous la forme d’un triptyque à sept compartiments. Sur ses panneaux centraux, élégamment ceints par de délicates boiseries sculptées, sont représentés un Saint Jean-Baptiste entouré par les Saintes Claire d’Assise et Catherine d’Alexandrie. 

Ce chef d’œuvre primitif aurait ainsi originellement occupé la chapelle Saint-Jean-Baptiste, située en contrebas du village de Bonson, avant d’être transféré dans l’église voisine de Saint-Benoît. 

Une conférence à ne pas manquer !


Dans le cadre du 500
e anniversaire de cette œuvre classée au titre des monuments historiques, le Conseil municipal a lancé une opération de restauration d’envergure soutenue, à travers l’initiative du Plus Grand Musée de France, par la Sauvegarde de l’Art Français.

Afin de gagner le grand public à la cause de la préservation de ce patrimoine en danger, Clémence Ducasse, étudiante à Sciences Po Paris, ainsi que Lola Pagliai, Mahault Casabianca, Leo Rougier, Maria Tataki et Kamilla Magadeeva, de Sciences Po Menton, ont alors imaginé cette conférence qui intéressera les amateurs d’art et d’histoire, et tout particulièrement les niçois.

Germaine-Pierre Leclec est une historienne spécialiste de la famille Bréa et de l’art pictural sacré. L’œuvre d’Antoine Bréa sera présentée à cette occasion et l’historienne reviendra sur les parcours hors du commun des deux frères dans un contexte de bouleversement artistique propre au début du XVIe siècle.

Lola Pagliai, Mahault Casabianca, Leo Rougier, Maria Tataki et Kamilla Magadeeva, ambassadeurs PGMF

Ils en parlent :

Faire un don et soutenir la restauration du triptyque d’Antoine Bréa.