• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Depuis le mois de novembre, les collaborateurs de l’entreprise se sont lancés dans une chasse au trésor pour repérer des œuvres d’art visibles de tous et ayant besoin d’une restauration.

En tout, ce sont 86 tableaux, sculptures ou objets qui ont été signalés. Après un vote, les salariés de chaque site ont choisi de soutenir la restauration d’une œuvre grâce au soutien de la Fondation d’Entreprise Michelin.

panorama des œuvres sélectionnées


Conservé dans la caserne de Gourin (56), ce camion Berliet de 1956 est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Un vote on ne peut plus logique pour les ouvriers du site de Vannes qui va permettre à l’association de sauvegarde des véhicules anciens de valoriser ce patrimoine !

> Voir la fiche projet

Conservée dans le cellier du domaine de Beauval (33), cette
«sortie de grange» a été retrouvée dans une métairie. Oubliée de tous pendant près d’un siècle, elle va pouvoir retrouver une place de choix dans le domaine.

> Voir la fiche projet

Découverte dans le temple protestant de Sancerre (18), cette toile du XVIIe s. est un rare témoin de l’art protestant dans la région. Restaurée, l’œuvre pourra réintégrée le temple et participer au rayonnement du
Sancerrois.

> Voir la fiche projet

 

À Chamalières-sur-Loire (43), l’église Saint-Gilles conserve un trésor avec ces vantaux classés dès 1859 et datés du XIe siècle. Richement décorés, ils représentent des symboles chrétiens et profanes (combats, scènes d’inspiration celtique). La restauration permettra de consolider ces matériaux anciens et de les présenter au public en toute sécurité.

> Voir la fiche projet

Dans la chapelle de l’hôpital de Charlieu (42), cette Vierge à l’enfant couronnée du XVIIe s. est un témoignage de l’histoire de la commune. Elle est à la fois «Vierge de douleur» pour les malades mais aussi sainte patronne des tisserands de la ville, qui la célèbre encore aujourd’hui tous les 15 septembre.

> Voir la fiche projet

À Saint-Sernin-du-Bois (71) – cité de caractère de Bourgogne – les salariés du site de Blanzy ont choisi de primer ces stalles du XVIIIe siècle. Objets liés à la liturgie, ils sont aujourd’hui dans un état alarmant et nécessitent une restauration.

> Voir la fiche projet

Cet ensemble sculpté représentant la ville de Barberey-Saint-Sulpice et une Vierge à l’enfant a été érigé au début du XXe siècle par des rescapés d’un accident ferroviaire. Altérée par le temps et la pollution, la statue a besoin d’une restauration.

> Voir la fiche projet

Placée sous la protection de sainte Menne, l’église de Deycimont (88) conserve une grande huile sur toile représentant la vocation de la sainte. Cette toile du XVIIIe siècle est inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.

> Voir la fiche projet

Huit sites industriels Michelin se mobilisent pour la préservation du patrimoine

Lancée en novembre dernier, l’opération a permis aux salariés de huit sites (Vannes, Saint-Doulchard, Bassens, Blavozy, Roanne, Blanzy, Golbey et la Chapelle-Saint-Luc) de prendre part à la restauration de leur patrimoine de proximité. L’idée est simple : les collaborateurs Michelin repèrent autour de leur usine des œuvres d’art, accessibles à tous, nécessitant une restauration, et votent ensuite pour en sélectionner une qui bénéficiera d’une enveloppe de 10 000€ pour sa restauration. Malgré un contexte sanitaire contraignant, la chasse au trésor a permis de repérer 86 objets partout en France, et cela également avec le soutien des conservateurs départementaux et du public. Ce vaste inventaire donne à voir une grande diversité d’œuvres avec outre les tableaux et sculptures, de nombreux éléments de patrimoine funéraire, mémoriel ou encore industriel.

Un vote en ligne pour sélectionner l’œuvre à restaurer

Du 6 au 23 avril, les salariés ont pu voter en ligne sur le site de la Sauvegarde pour choisir l’œuvre à restaurer. Différents modules prévus pour chaque site industriel permettaient de découvrir des photos des objets et leurs histoires. Ces descriptifs étaient accompagnés des estimations ou devis des besoins de restauration. Ce sont ainsi plus de 450 salariés qui ont participé au vote en ligne, auxquels s’ajoutent également les voix de la Fondation d’Entreprise Michelin et d’un expert conservateur.

Une opération menée grâce à

LOGO FONDATION MICHELIN