• Supprimer
  • Supprimer
  • Supprimer

Statut
Souscription terminée

L’œuvre

La doyenne des Paroisses de Reims méritait ses restaurations. Souvent laissée pour compte derrière les plus admirées Cathédrale et Basilique Saint Rémi, l’église Saint-Maurice ne jouit pas du même prestige. Au coeur de la cité, elle fut pourtant à travers les siècles un des centres vitaux du peuple rémois et de sa communauté chrétienne. Elle a bénéficié cette année d’un ravalement de façade et nous souhaitons faire en sorte qu’une de ses oeuvres fasse l’objet d’une restauration mécénée.

Ce projet de restauration vise à sauvegarder le Christ aux Liens, ou Christ de Pitié, de l’église Saint-Maurice dans le cadre de l’opération Le Plus Grand Musée de France, conjointement menée par Sciences Po Paris–campus de Reims et La Sauvegarde de l’Art Français. Pillée à l’aurore de la Révolution, l’église fut progressivement remeublée et c’est au XXe siècle que les prêtres firent l’acquisition de ce “Bon Dieu de Pitié”. En effet, un Christ de Pitié, ou Christ aux Liens, est une représentation de Jésus, attendant son supplice. Ces statues représentent le Christ assis. Il ne reste aujourd’hui que trois Christs de pitié en Champagne-Ardenne. Le Christ de Pitié de l’Église Saint-Maurice émerveille par sa taille humaine, permettant une identification rare du visiteur avec le personnage du Christ en souffrance. Le condamné, dépouillé de sa tunique, s’apprête à subir le supplice de la crucifixion et son visage n’en est que plus marqué par la souffrance et la résignation. Ecaillé, les différentes couches indiquées par les traces de polychromie sur son corps témoignent de grossières retouches. Il nous a semblé que ce Christ mérite d’être rénové afin d’être apprécié à sa juste valeur.

Le projet de restauration

L’intervention envisagée propose un nettoyage, un refixage de la polychromie, une consolidation et une fabrication de socle afin de restituer à l’oeuvre sa magnificence d’origine. Le dos étant travaillé, il sera possible de l’admirer en en faisant le tour après restauration. Il serait donc judicieux de changer son emplacement et de revoir son socle, aujourd’hui très simple et peu esthétique. Le hisser plus haut, par exemple, permettrait une meilleure mise en valeur.

Le mystère autour de la statue reste entier. Qui l’a façonnée ? Peinte ? D’où vient-elle ? Une chose est sûre, son lien à la plus vieille paroisse de Reims, ainsi que sa grande expressivité, en font une oeuvre précieuse et indispensable à restaurer.

Ils en parlent

Projet mené par Anthony Kuyu, Inès Piat, Elisa Jaucourt-Perroy, Marie Mavrikios, Clara Voiry et Louise Billault, étudiants à Sciences Po Reims

Le projet en images

L'équipe étudiante

Christ aux liens

Christ aux liens

Christ aux liens

Christ aux liens

Christ aux liens